Le Centre historique de la mine King accueille ses premiers visiteurs

Malgré des années de controverse, le Centre historique de la mine King de Thetford Mines a finalement ouvert ses portes au public, le samedi 13 août. Près de 600 personnes ont répondu présentes lors de ce premier week-end d’activité.

Rencontré par le Courrier Frontenac quelques minutes avant l’inauguration des plaques commémoratives, dimanche, le président du Musée minéralogique et minier, Yvan Faucher, s’est dit très satisfait du résultat.

«Nous pensons offrir un produit très intéressant qui représente ce que nos mineurs ont vécu dans cette mine. Il nous reste encore quelques travaux de finition à réaliser, comme de la peinture, diverses réparations, ainsi que de l’éclairage et de la tôle à installer. Toutefois, le site est sécuritaire et fonctionnel. Nous invitons tout le monde à venir y jeter un coup d’œil», a-t-il mentionné.

Les travaux de réaménagement de ce site auront par contre coûté plus cher que les 6,6 millions $ prévus initialement. «Nous avions déjà informé les gens que la gestion des résidus miniers engendrait des coûts supplémentaires de 270 000 $. Par contre, nous avons excédé légèrement le budget de 150 000 $. Le gouvernement du Québec a accepté de financer ce montant. C’est une bonne nouvelle et ça nous a donné une petite marge de manœuvre», a indiqué M. Faucher.

Maintenant que la phase 1 du projet est complétée, le président du Musée a bon espoir que les visiteurs seront au rendez-vous, bien qu’en doutent les détracteurs. «Nous visons 11 000 personnes sur une année complète. Nous sommes confiants que nous allons dépasser ce nombre l’an prochain parce que nous avons un beau produit.»

Celui-ci rêve maintenant à la seconde phase du projet. «Nous aimerions notamment réaliser la galerie souterraine afin de montrer aux visiteurs ce que les mineurs ont vécu sous terre. Nous allons continuer notre travail. Nous avons déjà des choses de fait. Nous sommes avancés», a-t-il dit.

Mémoire collective

Pour le maire Marc-Alexandre Brousseau, il est important de ne pas oublier tout le travail qui a été fait dans le passé. «Dans les livres d’histoire, on parle de Thetford Mines comme étant un berceau de syndicalisme et de l’industrie de l’amiante qui en a été une très particulière au Québec. On se devait de faire en sorte de rendre des lettres de noblesse à ce site-là qui est important pour nous.»

De son côté, le député-ministre de Lotbinière-Frontenac, Laurent Lessard, a souligné l’ouverture du Centre historique de la mine King avec émotions. «Je suis un enfant d’un mineur qui a gagné sa vie, élevé sa famille et qui était très fier de travailler dans cette industrie. Honnêtement, en regardant la tête du chevalement, ça m’a rappelé que plusieurs mineurs l’ont pris pour descendre, aujourd’hui, nous allons nous en servir pour monter.»

Au sujet d’une éventuelle deuxième phase au projet, M. Lessard croit qu’il faut d’abord prendre le temps de bien faire les choses. «Comme région, nous avons toujours donné un produit d’excellence. Il faut bien faire ce que nous avons à faire ici pour vendre la prochaine étape et bien la préparer. De toute évidence, il doit y en avoir une autre», a-t-il renchéri.

Enfin, le député de Mégantic-L’Érable, Luc Berthold, qui était maire de Thetford Mines lorsque le projet a vu le jour, a tenu à rappeler pourquoi son conseil y a cru à l’époque.

«Ce sont les hommes et les femmes qui ont bâti notre région. Ils ont transformé notre paysage en exploitant les ressources naturelles de notre sous-sol. Autrefois, nous étions l’une des villes les plus riches au Canada. Aujourd’hui, nous nous redonnons un autre motif pour être fier de ce que nous avons été, de ce qui nous a amenés ici et nous sommes surtout fiers de le montrer», a-t-il conclu.

Ce qu’ils ont dit :

«C’est exceptionnel. Gigantesque. Nous apprécions tous le travail des mineurs. Sans eux, Thetford Mines serait une toute petite ville.» – Henri Therrien

«C’est un très beau projet. Plusieurs étaient pour la démolition, mais c’était impossible. Ça fait partie de notre identité.» – Jacques Longval

«C’est merveilleux. Ça nous rappelle des souvenirs, mais c’est dans le plus beau. Avant, ça faisait pitié. J’ai 38 ans de service. J’ai travaillé ici, à la mine Beaver, à la mine BC2 et j’ai terminé à la mine Bell.» – Michel Martineau

«Je suis né à Thetford Mines et ça faisait partie de mon environnement. C’est une magnifique réalisation pour nous familiariser avec ce qu’était le travail de mineur. Ça nous fait réaliser qu’il s’agissait d’un métier dur et dangereux. Je pense que c’est un bel hommage à ces hommes-là.» – Renaud Gosselin

À lire aussi : Comme si le temps s’était arrêté… 

Centre historique de la mine King : ouverture le 13 août 

Création d’une œuvre d’art sur le site de KB3 

KB3: dévoilement des premières plaques commémoratives 

KB3 : le gouvernement refuse de compenser le Musée 

Centre historique de la mine King : les travaux progressent 

L’imprévu de 270 000 $ au projet de la mine King fait réagir nos lecteurs 

Centre historique de la mine King : un imprévu d’environ 270 000 $

Les normes de santé et de sécurité seront appliquées

Le projet deviendra bientôt réalité

Ottawa confirme sa participation financière à KB3 

KB3 : le Musée minéralogique se réjouit du résultat du vote 

KB3: la Ville réitère son appui à la phase 1

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires