Les routes 271 et 116 parmi les plus dangereuses au Québec

Par fdesjardins
Les routes 271 et 116 parmi les plus dangereuses au Québec
Une jeune femme est décédée en 2014 sur la route 271 lorsque sa voiture a percuté un camion entre Saint-Georges et Saint-Benoît.

Les routes 271 et 116 figurent parmi les cinq chemins provinciaux de 100 kilomètres et plus possédant les taux d’accidents mortels les plus élevés au Québec. Ces deux routes traversent la région Chaudière-Appalaches.

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET) a créé un palmarès des 25 routes inclus dans cette catégorie pour la période allant du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2015.

Dans sa formule de calcul, le ministère a établi les taux moyens d’accidents mortels par 100 kilomètres, étant donné que les routes désignées ont des longueurs variables allant de 111 à 1502 kilomètres.

La route 271 arrive en cinquième position avec un taux annuel de 1,9 accident mortel. Long de 115 kilomètres, ce chemin part du centre-ville de Saint-Georges. En Beauce, la route traverse Saint-Benoît et Saint-Éphrem. Elle passe dans le secteur des Appalaches entre autres par Saint-Pierre-de-Broughton, ainsi que dans Lotbinière où celle-ci prend fin à Sainte-Croix.

La route 116 se retrouve en seconde place avec un taux de 2,3 accidents mortels. Elle part de la route Marie-Victorin à Lévis et passe par les municipalités de Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Agapit et Dosquet.

Cette route ne compte qu’une quarantaine de kilomètres en Chaudière-Appalaches sur son total de 258 kilomètres. Les accidents mortels répertoriés par le journal sont survenus principalement dans la région Centre-du-Québec.

Les autres chemins provinciaux de ce palmarès traversant Chaudière-Appalaches sont les routes 112, 173, 132, 108, 204, ainsi que l’autoroute 20.

Faute de l’humain ?

Porte-parole du MTMDET, Cynthia Boissonneault précise que des employés du ministère se déplacent sur chaque scène d’un accident mortel ou avec blessés graves. Ces derniers procèdent à des analyses afin de connaître les circonstances de l’accident.

«Dans 80 % des cas, le facteur humain est en cause par des éléments comme la vitesse, l’alcool, la fatigue, les textos ou les distractions. Les conditions météo peuvent aussi avoir un impact, mais encore là, c’est relié partiellement au facteur humain», explique-t-elle.

L’aspect de la route représenterait un faible pourcentage causant des accidents mortels, sauf dans des endroits très spécifiques.

«Il n’y a pas vraiment de routes comme ça (aspect routier) en Chaudière-Appalaches. L’ouverture de l’autoroute 73 pourrait aider à diminuer les accidents sur la route 173 et ailleurs, mais on ne peut pas en être certain», de dire Cynthia Boissonneault.

Maire de Saint-Georges, Claude Morin ne pense pas que les routes provinciales passant dans sa ville sont dangereuses par leur aspect.

«Il y a déjà eu la côte des 40 arpents (route 271 vers Saint-Benoît), mais le chemin a été élargi pour diminuer les accidents et augmenter la visibilité», rappelle-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires