Le plus beau sapin de Noël au Canada vient de Saint-Jacques-de-Leeds

Le plus beau sapin de Noël au Canada vient de Saint-Jacques-de-Leeds
Gabriel Savoie et David Morin sont associés depuis 12 ans

Pour une deuxième fois en huit ans, l’un des produits de l’entreprise Les Plantations Gabriel Savoie et David Morin, ass., a remporté le prix du plus bel arbre de Noël des Associations des producteurs d’arbres de Noël du Québec et du Canada.

Remporté l’été dernier, ce prix aide surtout les gagnants du côté marketing. Les critères principaux pour l’arbre récipiendaire ou tout autre produit sont la couleur, la forme et la densité du conifère. «C’est lors d’une journée organisée par l’association québécoise pour tous les producteurs au Canada que nous avons gagné. Chacun doit arriver là-bas avec un produit et l’assistance vote pour le plus beau. C’est quand même une belle visibilité pour nous que de gagner», raconte Gabriel Savoie.

Ce dernier, enseignant de formation, a créé son entreprise dans les années 1970. «L’enseignement laissait peu de belles ouvertures pour les jeunes. Les arbres de plantation étaient un nouveau produit recherché et il n’y en avait pas beaucoup sur le marché. J’ai commencé ça en tant que passe-temps quand j’ai planté mon premier arbre en 1971. En 1979, les premières ventes étaient effectuées et en 1983, je quittais mon emploi d’enseignant. C’était un risque à ce moment-là, mais je ne l’ai jamais regretté», se rappelle-t-il.

Il y a 12 ans, il s’est associé à David Morin. «Je voyais qu’il n’avait pas de relève et ça m’intéressait d’en faire partie. Je lui ai proposé de s’associer, mais il ne m’a pas répondu tout de suite. Il y a réfléchi pendant un an ou deux et à un moment donné, il est arrivé et m’a dit qu’il était temps de planter. Pas d’introduction, c’était aussi vite que ça! J’ai commencé en louant la terre de mon cousin et depuis, notre association va bien», soutient M. Morin.

Le marché américain

L’entreprise de Gabriel Savoie et David Morin fournit une quinzaine de clients par année, dont la majorité provient des États-Unis. «75 % de nos clients sont Américains et le reste, soit 25 %, c’est au Québec. La demande est beaucoup plus grande aux États-Unis. Pour eux, quelque chose qui vient du nord est censé être plus pur. Là-bas, il y a un marché d’environ 30 millions d’arbres par année», affirme Gabriel Savoie.

Habituellement, les arbres sont coupés à une hauteur de six à huit pieds. Toutefois, il peut y en avoir de toutes grandeurs, de trois à 12 pieds et plus. L’entreprise possède un peu plus de 100 000 arbres répartis sur 120 acres de terres situées dans un rayon de dix kilomètres à Saint-Jacques-de-Leeds et Saint-Sylvestre. Selon M. Savoie, pour avoir des produits de qualité, trois critères sont essentiels, soit la génétique des arbres, le sol de qualité et l’expertise du producteur.

Le cycle de la plantation

Afin de les aider, les deux associés emploient de quatre à six personnes selon la période de l’année. La coupe des arbres se fait en novembre et la livraison à la fin du même mois et au début de décembre. Les mois de janvier et février sont consacrés au travail de bureau et à la visite de potentiels ou actuels clients. En mars, c’est le seul mois de repos qu’ils s’accordent avant de commencer la plantation et la fertilisation en avril et en mai. De juin à octobre, il s’agit principalement de l’entretien, soit du fauchage et du taillage.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lucie Aubé
Lucie Aubé
1 année

Pouvons-nous aller en choisir un