Déficit pour «Des mines et des hommes 2.0»

Déficit pour «Des mines et des hommes 2.0»
Laura « Catin » Bolduc et Mémère Bolduc

EAST BROUGHTON. La pièce de théâtre «Des mines et des hommes 2.0» n’a pas été rentable cette année. La baisse d’achalandage et les coûts fixes obligent l’Association promo-tourisme d’East Broughton à réorganiser la troisième édition prévue au printemps 2016.

Environ 1500 personnes se sont déplacées en mai et en juin pour assister aux représentations de la pièce de l’auteur et metteur en scène Denys Fortin. Ils étaient autour de 2200 un an plus tôt.

Actuellement, les dépenses sont trop élevées comparativement aux revenus. Selon le maire Kaven Mathieu, plusieurs facteurs expliquent la situation, dont le mois de juin qui laissait à désirer.

«Certaines industries touristiques ont enregistré des baisses parce que la température n’était pas là. Nous devons aussi réduire nos coûts. Nous louons pour 30 000 $ de matériel technique et le manque à gagner se chiffre à environ ce montant-là. Nous faisons des activités pour combler tout cela.»

D’ailleurs, une partie des profits du spectacle de la tournée All Star, le 28 novembre prochain à l’église d’East Broughton, ira à l’Association promo-tourisme. «L’argent permettra entre autres d’assurer la pérennité de la pièce. Nous avons besoin de fonds pour acquérir du matériel, réduire les coûts fixes et maintenir nos activités», a-t-il ajouté.

M. Mathieu a aussi confié au COURRIER FRONTENAC que l’organisation a décidé de laisser tomber les représentations normalement prévues en mai. «Nous nous sommes aperçus que les gens ne pensent pas encore aux vacances. Ce n’est pas un mois où ils souhaitent voir des pièces de théâtre ou des événements. Les représentations seront plutôt concentrées en juin», a-t-il dit.

Rappelons que «Des mines et des hommes 2.0» a été présentée pour la toute première fois en 1998, puis en 1999 et 2014. Réunissant au départ 75 comédiens, ils sont maintenant près d’une trentaine à jouer tous les personnages de cette histoire, dont l’action se passe entre 1820 et aujourd’hui dans un petit village minier.

Ce printemps, la pièce a été présentée à six reprises au lieu de huit comme l’an dernier. À ce moment, la présidente de l’Association promo-tourisme, Mélanie Lessard, croyait que les changements apportés permettraient de rejoindre beaucoup plus de gens que l’année précédente. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires