L’Assurancia en eau trouble

L’Assurancia en eau trouble
Bruno St-Jacques a retenu l'attention lors du match de vendredi dernier en raison de son attitude questionnable vis-à-vis des partisans mécontents.

En subissant une défaite de 7-4 dimanche à Laval contre les Prédateurs, l’Assurancia de Thetford a encaissé un troisième revers consécutif et un septième à ses neuf derniers matchs.

Pour ajouter aux présents déboires, quelques spectateurs mécontents de la piètre performance de l’équipe vendredi après la défaite de 5-1 contre les Marquis de Jonquière ont lancé des commentaires désobligeants à l’endroit du défenseur Bruno St-Jacques, des commentaires qu’il n’a pas appréciés. Celui-ci est même monté dans les gradins, mais on est intervenu à temps pour calmer les esprits.

Même si aucun coup n’a été porté, le geste n’a pas été endossé par la direction de l’équipe. «Le joueur en question est suspendu indéfiniment par la ligue et il sera rencontré par les autorités du circuit. Nous ne pouvons cautionner un tel comportement qui ne reflète absolument pas la philosophie des propriétaires et de la direction de l’équipe», a indiqué le porte-parole des propriétaires Stéphane Bourque.

D’ailleurs, c’est sous les huées que les joueurs de l’Assurancia ont quitté la patinoire après le match de vendredi. Manque de cohésion dans les passes et de précision dans les tirs, deux éléments qui ont fait défaut dans ce match. «On ne peut pas manquer d’exécution de la sorte contre Jonquière et espérer créer de l’offensive. On n’a pas suivi le plan de match. Il aurait fallu mettre la rondelle derrière leurs défenseurs, comme on est habitué de faire pour avoir du succès, mais on ne l’a pas fait et on mérite le résultat», indiquait le gardien Jean-Philippe Levasseur après le revers.

Ce dernier s’indignait sur le manque d’offensive des siens particulièrement à la période médiane. «On doit créer du mouvement dans leur zone, mais il faut aussi mettre des rondelles au filet. En deuxième période avec seulement trois lancers, c’est inacceptable.» Le jeu de puissance, qui n’a produit qu’un seul but en neuf occasions, a été une autre lacune dans la défaite. «Ça aussi c’est de l’exécution et rien ne fonctionnait.»

Rejoint par les Prédateurs

En s’inclinant 7-4 à Laval, l’Assurancia a été rejoint au quatrième rang du classement par les Prédateurs, mais il possède cependant un match en main. La troupe de Bobby Baril se devait de rebondir à la suite du revers contre les Marquis et c’est ce qu’elle a fait en se donnant une priorité de 3-1 après 20 minutes.

Les choses se sont gâtées en troisième période où les Prédateurs ont réussi quatre buts sans riposte pour s’assurer la victoire. «La deuxième période n’a pas été si mauvaise, mais on a été trop indisciplinés et nos punitions nous ont coûté deux buts. Sauf qu’on menait 4-3 après deux périodes sur la route et nous étions en bonne position», a révélé le défenseur Pierre-Luc Lessard.

Celui-ci a louangé le gardien Adam Russo des Prédateurs, surtout pour son arrêt incroyable aux dépens de Pierre-Luc Émond qui s’est fait voler un but assuré avec une cage béante devant lui, mais le portier a bloqué la rondelle dans un geste désespéré. «Il a bien travaillé. Sans son arrêt en deuxième période, le score aurait été de 4-1 sauf que par la suite ils sont revenus pour faire 3-2.»

La prochaine fin de semaine ne s’annonce pas comme une balade dans le parc pour l’Assurancia qui affrontera à deux reprises les Marquis de Jonquière. Le premier affrontement aura lieu au Saguenay vendredi où les meneurs au classement n’ont pas perdu dans leur château fort en dix parties cette saison. Le match retour sera joué samedi au Centre Mario Gosselin. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires