Un mauvais souvenir toujours aussi présent

Boston, 15 avril 2013, 14 h 49… Charles Lacroix se trouve à seulement 750 pieds du lieu d’arrivée du marathon le plus célèbre en Amérique. Soudain, la sécurité l’arrête et lui dit que la course est terminée puisque deux bombes venaient d’exploser. Une expérience qui restera à jamais gravée dans la mémoire du coureur d’une soixantaine d’années.

Un an et quelques mois plus tard, Charles Lacroix avoue que la dernière année n’a pas été rose dans le monde de la course à pied. « Cette année a été très difficile pour moi et pour tous ceux qui font des marathons. Jamais je n’aurais pensé vivre une telle chose dans ma vie », a-t-il confié en entrevue avec le COURRIER FRONTENAC.

Après les événements, le Thetfordois s’est fait suivre par un psychologue et cette démarche l’a beaucoup aidé à aller mieux. Cependant, ça n’a pas été le cas pour tout le monde. « Je connais de grands coureurs qui n’ont jamais été capables encore de refaire un marathon. Ils courent des cinq ou dix kilomètres, mais ne leur demande pas d’aller dans une foule, ni d’entrer dans un centre d’achat. La peur est toujours présente », a relaté celui qui a malgré tout participé au marathon de Boston cette année.

L’édition 2014 a été très médiatisée à travers le monde, mais ce qui a retenu l’attention de M. Lacroix est la chaleur qui régnait parmi tous les participants. « Nous nous sommes réconfortés entre nous. Ça nous a fait du bien. Mon plaisir était aussi de voir des copains qui étaient près du lieu de l’explosion et qui ont même été blessés se présenter cette année. Nous avons rencontré des gens qui ont eu des membres arrachés. Nous avons même souligné la mémoire des victimes et le courage de ceux qui ont été blessés, c’était bien », a expliqué le coureur.

« Les gens de Boston étaient tellement contents de nous voir. Ils ne voulaient pas que l’événement arrête. La sécurité cette année était impeccable. Nous nous sentions vraiment protégés », a-t-il ajouté.

Quand les organisateurs ont invité les participants de l’édition de 2013 à revenir en 2014, Charles Lacroix a accepté sur-le-champ. « Ça n’a pas été facile ce que nous avons vu. Lors de la course de cette année, plus j’avançais, plus je revivais les événements dans ma tête. Je me suis dit: ‘Bonhomme, il faut que tu ailles jusqu’au bout’. Les deux derniers kilomètres ont été très difficiles. J’ai pensé, si je suis capable de passer au travers de ça, je suis aussi capable de me rendre à mon 100e. »

Malgré qu’il ait reçu beaucoup d’aide et qu’il ait été capable de participer au marathon de 2014, le souvenir reste toujours présent dans tous les événements auxquels M. Lacroix participe. « J’y pense souvent quand je prends le départ des courses ou quand j’arrive au fil d’arrivée. Je suis capable de faire mon marathon, mais c’est quand même un mauvais souvenir qui revient constamment en tête », a-t-il conclu.

Marathon de Boston : deux bombes explosent

Date: 15 avril 2013

Heure: 14 h 49

Lieu: Près de la ligne d’arrivée sur Boylston Street

Nombre de secondes entre les deux déflagrations: 12

Nombre de décès: 3

Nombre de blessés: environ 264

Responsables: Dzhokhar Tsarnaev (en attente de son procès)

Tamerlan Tsarnaev (abattu lors de la chasse à l’homme qui a suivi les attentats)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires